Angioplastie coronaire en cas d’infarctus

L’angioplastie coronaire est effectuée dans le but de traiter une artère coronaire rétrécie par une plaque d’athérosclérose. Cette intervention est généralement effectuée à la suite d’ une coronarographie.

L’opération consiste à introduire dans l’artère coronaire malade un fil métallique très fin (0.014 mm de diamètre) et le guider au-delà du rétrécissement. Sur ce fil, un ballonnet gonflable est glissé jusqu’à la lésion à traiter et gonflé au diamètre originaire de l’artère coronaire (2 à 5 mm de diamètre) de façon à élargir le rétrécissement. Il est ensuite dégonflé et retiré, permettant ainsi le rétablissement du flux artériel normal. 

Dr. Fabio Rigamonti intervention introduction un stent (fin treillis métallique en forme de tube, similaire à un ressort)

Dans la plupart des cas, un stent (fin treillis métallique en forme de tube, similaire à un ressort) est ensuite appliqué contre les parois dilatées au moyen d’une nouvelle sonde, afin de maintenir le diamètre idéal du vaisseau de manière permanente, et réduire le risque de récidive de la maladie. Dans le cas où le diamètre du stent en sous-optimale, un nouveau ballonnet est introduit et gonflé à plus haute pression, afin d’atteindre l’écartement souhaité (post-dilatation). Si la lésion est simple et non-calcifiée, il est possible d’implanter directement le stent, sans dilatation préalable au ballonnet  (stenting direct). La surface du stent en contact avec le sang est ensuite recouverte par les cellules de la paroi vasculaire en quelque mois et le stent sera intégré aux tissus à vie.

Jusqu’au moment où les mailles du stent sont recouvertes par les cellules vasculaires, il est possible qu’un caillot sanguin se forme au niveau du stent, risquant ainsi de boucher l’artère et de provoquer un infarctus. Pour éviter ce cas de figure, des médicaments qui rendent le sang moins collant (médicaments anti-plaquettaires, car agissent en réduisant l’activité des plaquettes) sont administrés pendant plusieurs mois, selon les types de lésion traitée et le stent employé.

Aujourd’hui la grand majorité des stents sont recouvert d’un produit qui empêche  la recidive locale de maladie athérosclérotique (stent “actifs”), et donc la revenue d’un nouveau rétrécissement.

L’angioplastie coronaire, comme la coronarographie diagnostique,  peut être effectuée par voie artérielle radiale (au niveau du poignet) ou par voie artérielle fémorale (au niveau de la plie de l’aine). L’intervention se déroule sous anesthésie locale et dure une à deux heures. Après l’intervention, le patient est placé sous surveillance et doit garder pendant quelques heures un pansement de compression sur le point d’entrée du cathéter afin d’éviter un hématome local. En règle générale, il peut quitter l’hôpital dès le lendemain de l’opération.

Après l’angioplastie, si un stent a été mis en place, un traitement de double antiagrégation plaquettaire par aspirine et soit clopidogrel (Plavix®), soit ticagrelor (Brilique®) ou prasugrel (Efient®) , sera à poursuivre pendant plusieurs mois, habituellement entre 3 mois et 1 an.

Prise de rendez-vous, demande de renseignement, suivi de traitement. Prenez contacte avec le cabinet médical.