Électrocardiogramme de repos

L’électrocardiogramme (ECG) de repos vise à enregistrer l’activité cardiaque afin de déterminer si celle-ci ne présente pas d’anomalies. Il s’agit d’un examen cardiologique de base ne nécessitant aucune préparation particulière. Généralement effectué en cas d’arythmie ou dans le diagnostic de maladies coronariennes, l’ECG permet également de révéler des infarctus (aigus ou anciens), ou des atteintes plus rares du muscle cardiaque.

L’examen ne dure que 5 à 10 minutes et est totalement indolore. Le patient est allongé, au repos, et des électrodes sont appliqué sur ses poignets, ses chevilles et sa poitrine. Ceux-ci recueillent et amplifient les signaux électriques provoqués par l’activité cardiaque afin de produire une série de courbes (le tracé électrocardiographique) retraçant le rythme des contractions. L’analyse de l’électrocardiogramme permet ensuite d’observer précisément les différents mouvements cardiaques et de déceler de potentielles anomalies.

Enregistrement Holter sur 24h / 48h / 72h

Les troubles du rythme cardiaque surviennent souvent par intermittence. Comme il est nécessaire d’observer ces symptômes pour les analyser, il est possible d’effectuer un enregistrement électrocardiographique continu sur une durée de un à plusieurs jours selon leur fréquence d’apparition.

L’utilisation de l’Holter, un appareil portable permettant un enregistrement continu du rythme cardiaque, peut alors être d’une grande aide. Des électrodes appliquées sur le thorax et rattachées à un petit boîtier permettent de retracer l’historique de l’activité cardiaque tout au long de la durée souhaitée, sans gêner le patient dans ses occupations quotidiennes. Parallèlement, le remplissage d’une petite fiche d’activités permet au médecin de relier correctement les données à l’apparition des symptômes.

Employé comme outil diagnostique lors de palpitations, de malaises ou dans la recherche de fibrillation auriculaire, le Holter permet notamment de reconnaître une tachycardie (accélération des battements cardiaques), une bradycardie (ralentissement des battements cardiaques) ou encore des extrasystoles (trouble du rythme provoqué par une contraction trop précoce de l’oreillette ou du ventricule).

Enregistrement R-Test sur 7 jours

Quand des symptômes apparaissent de manière épisodique, il est nécessaire de les enregistrer au moment où ils se manifestent pour ensuite pouvoir les analyser. Pour ce faire, on procède à un enregistrement continu de l’activité cardiaque sous forme d’un test de Holter ou d’un R-Test. Lorsque la durée du test de Holter (de un à quelques jours) est insuffisante pour observer correctement l’apparition des symptômes, on a recours à un R-Test se déroulant sur 7 jours.

Tout comme l’Holter, le R-test est indolore et permet au patient de poursuivre sans gêne ses activités quotidiennes. Des électrodes collés sur la poitrine et rattachés à un petit boîtier permettent un enregistrement à la demande de l’activité cardiaque. Lorsqu’il est déclenché par le patient, 15 à 60 secondes d’ECG sont produites par l’appareil (selon sa programmation effectuée à l’avance). Le boîtier garde également en mémoire et de manière automatique tout rythme anormal détecté sur l’ensemble du test. Une feuille annexe permet au patient de noter ses observations et commentaires sur l’apparition des symptômes afin de documenter au mieux le médecin. Le dispositif n’étant pas étanche, une infirmière indique à l’avance au patient comment procéder lors des douches et bains.

Après une semaine d’utilisation, l’appareil est retiré pour procéder à l’analyse des résultats. Le médecin traite manuellement les données afin de mettre en évidence les moments critiques de l’enregistrement. Le résultat définitif de l’examen est ensuite communiqué par le cardiologue.

Électrocardiogramme à l’effort

Souvent, les symptômes d’un problème cardiaque se manifestent lors d’une activité physique. Le but de l’électrocardiogramme à l’effort est de reproduire ces conditions afin d’enregistrer l’activité cardiaque pendant l’apparition des symptômes. Cela permet notamment d’identifier des troubles du rythme cardiaque, une angine de poitrine, ou d’aider au diagnostic d’une maladie coronarienne (maladie des artères coronaires) lors d’investigations sur des douleurs thoraciques. Il permet également au patient d’obtenir des informations sur sa capacité physique, sa pression artérielle et sa fréquence cardiaque à l’effort.

Durant l’examen, des électrodes sont appliquées sur différentes parties du corps et un premier enregistrement de l’électrocardiogramme est fait au repos. Le patient installé sur un vélo d’intérieur commence ensuite l’effort à vitesse constante, puis toutes les deux minutes,  la charge est augmentée et la tension artérielle est mesurée. L’effort est poursuivi jusqu’à ce que ce que le médecin puisse constater l’un des critères suivants: un épuisement musculaire ou essoufflement trop important, la fréquence cardiaque atteignant 85% de la fréquence maximale théorique (220 – âge du patient), modification de l’ECG à l’effort signalant un trouble, une apparition d’un trouble du rythme cardiaque ou une chute de la tension artérielle. Comportant un effort physique de la part du patient, ce test ne doit pas être effectué à jeun.

Prise de rendez-vous, demande de renseignement, suivi de traitement. Prenez contact avec le cabinet médical.